Formations courtes : cap sur la vie active !

BTS, DUT, licence pro : 2 à 3 années d’études après le bac pour entrer dans la vie active avec un diplôme professionnel. Des formations courtes pour lesquelles la poursuite d’études n’est pas exclue.

Le BTS (brevet de technicien supérieur) et le DUT (diplôme universitaire de technologie) se préparent en 2 années après le bac, dans les STS (sections de techniciens supérieurs) des lycées et en IUT (instituts universitaires de technologie). La licence professionnelle permet à des jeunes de compléter en 1 an une formation de niveau bac + 2 (DUT, BTS ou L2).

Points communs de ces formations :

  • une sélection sur dossier ;
  • 2 à 3 ans d’études post-bac ;
  • un rythme de travail soutenu ;
  • une spécialisation ciblée pour le BTS ;
  • davantage de polyvalence pour le DUT ;
  • des stages en cours de scolarité ;
  • une préparation en apprentissage envisageable.

BTS, BTSA et DUT : 2 ans pour apprendre un métier

Pour qui ? Filières sélectives, les STS et les IUT recrutent leurs élèves sur dossier, examinant en priorité les candidatures des bacheliers technologiques. En 2 ans de formation post-bac également, les DEUST (diplômes d’études universitaires scientifiques et techniques) sont conçus pour répondre aux besoins d’entreprises locales.

Néanmoins, dans certaines spécialités scientifiques ou techniques, les bacheliers S peuvent être particulièrement nombreux. Ils représentent 30 à 40 % des effectifs en DUT chimie ; génie biologique ; génie civil ; génie mécanique et productique ; hygiène, sécurité, environnement ; informatique ; mesures physiques… et en BTS géologie appliquée. Toutes spécialités confondues, les S sont plus présents en IUT qu’en STS (41 % des effectifs contre 8 %).

Quelles spécialités ? Décliné dans plus de 130 spécialités, les BTS et BTSA (brevets de technicien supérieur agricole) attestent de compétences professionnelles dans un domaine pointu : radioprotection, gestion de l’eau, optique, travaux publics, viticulture… A la rentrée 2011, une cinquantaine de DEUST sont proposés dans quelques secteurs industriels ou tertiaires. Quant aux IUT, une trentaine de spécialités scientifiques et technologiques y sont proposées.

Une vingtaine de spécialités de BTS comptent plus de 20 % de bacheliers S. Les diplômés de cette série de bac plébiscitent celles qui abordent la géologie, l’image et le son, la physique-chimie ou la biologie-santé.

Les bacheliers ST2S (sciences et technologies de la santé et du social) qui poursuivent en filière courte s’inscrivent massivement dans les formations préparant aux carrières sociales : animation sociale et socioculturelle ; AS (assistance sociale) ; ES (éducation spécialisée) ; gestion urbaine ; services à la personne.

75 % des bacheliers STI (sciences et technologies de l’industrie) des spécialités industrielles optent pour un BTS ou un DUT d’un domaine proche ou complémentaire.

Pour les bacheliers STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant), 16 BTSA sont particulièrement adaptés, et un peu moins d’une dizaine de BTS (agroéquipement ; hygiène, propreté, environnement ; qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries ; technico-commercial…).

Plus de la moitié des bacheliers STL (sciences et technologies de laboratoire) optent pour un BTS ou un DUT scientifique, agricole ou industriel.
Quelques-uns préparent un DEUST en biologie, chimie ou agroalimentaire.

Et après ? BTS ou DUT obtenu, les diplômés peuvent entrer dans la vie active, ou poursuivre des études en licence professionnelle ou dans une école selon leur spécialité. Le BTS autorise notamment à présenter les concours dans plusieurs écoles de commerce ou d’ingénieurs (pour 3 ans d’études). Certains titulaires de BTS s’inscrivent à l’université pour préparer une licence générale. L’entrée directe en 3e année n’est pas automatique.

Licences professionnelles : 1 année pour affiner son profil

Pour qui ? La licence professionnelle se prépare en 1 an après un diplôme de niveau bac + 2 : L2 validée (2e année de licence), BTS, DUT, DEUST, diplôme d’école… L’admission se fait sur dossier scolaire et entretien de motivation. Les cours peuvent avoir lieu dans l’université qui délivre le diplôme, mais aussi dans des lycées partenaires ou en centres de formation d’apprentis pour les étudiants qui choisissent l’alternance.

Quelles spécialités ? Il existe une multitude de licences professionnelles préparant une insertion dans des secteurs d’activité faisant appel à des compétences scientifiques : santé, cosmétique, environnement, industries chimiques, biotechnologies, agroalimentaire…
C’est dans le domaine des sciences, de la santé et des STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) que les étudiants titulaires d’un bac S s’inscrivent le plus massivement.

Et après ? Conçue en partenariat avec les acteurs du monde économique et en fonction des besoins du marché, la licence pro permet d’accéder à un poste de cadre intermédiaire.
Environ 20 % des diplômés poursuivent toutefois leurs études : en master, en licence générale, dans une grande école, notamment d’ingénieurs par un système d’admissions parallèles, ou dans une école de commerce pour ajouter une compétence managériale ou commerciale à un profil scientifique.