Bac STI2D : et après ?

Munis d’un solide bagage scientifique et technologique, les bacheliers STI2D ont accès à des études variées : BTS et DUT principalement, mais aussi classes prépa, écoles et université.

BTS-DUT (études courtes)

Les bacheliers STI2D peuvent opter pour un BTS ou un DUT d’un domaine proche ou complémentaire de leur spécialité. Accessibles sur dossier scolaire, ces diplômes associent, en 2 ans, cours théoriques, pratique professionnelle et stages sur le terrain. Reconnus sur le marché de l’emploi, ils permettent une insertion professionnelle rapide. Néanmoins, près d’un diplômé sur deux poursuit ses études, principalement en licence pro ou en école d’ingénieurs.

Plus de la moitié des bacheliers STI2D préparent un BTS, en lycée ou en école. La polyvalence du bac STI2D donne dorénavant accès à l’ensemble des BTS industriels, quelle que soit la famille de métiers à laquelle ils se rattachent, mais aussi à certaines spécialités du paramédical (Bâtiments, travaux publics, architecture ; Energies et environnement ; Construction navale, ferroviaire et aéronautique, maintenance, matériaux, mécanique ; Audiovisuel, électronique, informatique, télécoms et numérique ; Paramédical ; Commerce).

Un cinquième des bacheliers STI2D s’inscrivent en IUT (à l’université). Chaque DUT couvre un domaine professionnel assez large et permet de s’adapter à une famille d’emplois. Avec l’acquisition de compétences professionnelles multiples et une solide culture générale, le DUT vise la polyvalence. De nombreuses spécialités sont offertes (chimie ; génie électrique et informatique industrielle
(GEII) ; génie mécanique et productique (GMP) ; génie thermique et énergie (GTE) ; informatique ; etc.)

Études longues

Les bacheliers STI2D peuvent intégrer une école d’ingénieurs post-bac ou une école spécialisée en vue de préparer un diplôme professionnel. Recrutement sur concours.

Il est conseillé de viser les écoles à vocation industrielle, les universités de technologie ou les formations d’ingénieurs en partenariat (FIP), qui proposent une alternance école/entreprise. Certaines écoles généralistes accueillent des bacheliers STI2D munis d’un bon dossier et/ou ayant obtenu une mention.

Les écoles supérieures d’ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) de Cachan et Metz ouvrent leurs portes aux bacheliers STI2D spécialité architecture et construction. Les écoles d’ingénieurs en 3 ans recrutent principalement à l’issue des prépas scientifiques. Néanmoins, elles proposent des accès (sur concours ou sur dossier) aux titulaires d’un BTS ou d’un DUT, qu’ils soient passés ou non par une prépa ATS (en 1 an post-bac + 2).

Il existe des écoles spécialisées post-bac en électronique, réseaux, matériaux, mécanique, automobile.

 

Moins de 10% des bacheliers STI2D optent pour un parcours de type licence générale (3 ans), puis master (2 ans), souvent jugé long et théorique. Certains préfèrent rejoindre l’université après avoir validé un BTS ou un DUT pour y préparer une licence pro (1 an). Le domaine à privilégier est dans tous les cas celui des sciences industrielles. Les licences générales de sciences pour l’ingénieur, électronique, électrotechnique, automatique (EEA), mécanique ou génie civil… sont les plus adaptées aux bacheliers STI2D. Dans tous les cursus : prédominance des maths et des sciences physiques.

 

Prépas

Les prépas TSI (technologie et sciences industrielles) recrutent principalement des bacheliers STI2D.