Un satellite «garé» autour du soleil

En allumant pour la dernière fois ses propulseurs le 8 septembre dernier, la Nasa vient de placer sur une orbite stationnaire autour du Soleil la sonde WMAP. Ce vaisseau spatial lancé en 2001 pour établir la carte la plus fine (0.2 degrés de résolution) du rayonnement du fond de ciel cosmologique a donné des résultats étonnants en 9 ans. Son orbite de travail était centrée près du soleil à une distance de notre terre d’environ 1.5 million de kilomètres.

Image de l'univers naissant obtenue à partir de 7 ans de données de WMAP.

Ce satellite a fourni des informations sur les fluctuations de densité de l’univers qui ont produit les premières galaxies.

Il a permis en particulier d’estimer :

  • l’âge de l’univers à 13.73 milliards d’années à 1% près,
  • une courbure de l’espace à 1% du « plat » euclidien,
  • une densité d’atomes ordinaires (appelés baryons)  de 4.6% dans l’univers,
  • un taux de matière noire dans l’univers de 23.3% et un taux d’énergie noire de 72%,
  • et d’obtenir une carte de la polarisation du rayonnement microonde sur le ciel entier qui montre que l’univers aurait subi une réionisation plus tôt que prévu par les théories existantes. Cela permet d’avoir des informations sur les fluctuations de densité de l’univers qui ont produit les premières galaxies.

Le satellite européen Planck, de résolution (5’ d’arc) meilleure que  celle de WMAP(12’ d’arc), lancé en mai 2009 a pris la relève de WMAP et engrange actuellement de nouveaux résultats.

La petite sonde, maintenant au repos, gravite autour de notre soleil pour l’éternité des cosmologistes.

En savoir plus