Une araignée qui imite la marche d’une fourmi !

 

On rencontre souvent dans la nature un mimétisme de protection pratiqué par une espèce animale qui évite d’être mangée par un de ses prédateurs en se faisant passer pour une espèce non comestible pour ce dernier. On l’appelle mimétisme de Bates, du nom de l’entomologiste du 19e siècle qui l’a théorisé. Des scientifiques de Cornell University, Ithaca, USA, Harvard University,  Cambridge, USA et de l’Université Hébraïque de Jérusalem, Israël, ont étudié le rôle du mode de déplacement dans le mimétisme batésien d’une araignée sauteuse, Myrmarachne formicaria, qui imite les fourmis. En le comparant à celui des fourmis et des araignées sauteuses non mimétiques, ils ont pu montrer que, contrairement à de précédentes hypothèses, ces araignées mimétiques marchent en utilisant leurs huit pattes et ne dressent qu’à l’arrêt leurs deux pattes avant pour imiter les antennes d’une fourmi. Elles suivent en outre un trajet sinueux à la manière des fourmis.

Les araignées sauteuses (Salticidae) sont une grande familles d’araignées qui ne tissent pas de toiles. Elles sont de petite taille et ont une activité diurne. Elles chassent leurs proies grâce à leur agilité et à une vue à 360° assurée principalement par 4 yeux à l’avant (deux médians et deux latéraux) complétés par deux yeux de côté et deux yeux postérieurs.
On peut distinguer les yeux antérieurs et latéraux sur la photographie ci- dessous de M. formicaria.
 

On peut dénombrer les quatre paires de pattes caractéristiques des arachnides.
Crédit Ben Coulter, BugGuide.

Ces araignées ont déjà une certaine ressemblance morphologique avec des fourmis. Ces dernières ont de puissants moyens de défense : de fortes mandibules, des dards venimeux, une agressivité élevée et enfin la possibilité par l’émission de substances chimiques d’appeler leurs congénères à la rescousse. Elles sont donc plutôt évitées par les prédateurs. D’où l’intérêt de se faire passer pour elles.

 

Le mimétisme de Myrmarachne formicaria

L’observation des araignées  qui imitent les fourmis étaient restée jusqu’ici qualitative. On trouve ainsi dans la littérature scientifique que les araignées “mimétiques “semblent” marcher sur six pattes en tenant en l’air leur deux pattes de devant, simulant ainsi les antennes des fourmis.

Les chercheurs ont utilisé des caméras rapides (1000-4000 images par seconde) pour analyser le déplacement de  M.formicaria et le comparer à celui des fourmis et  à celui des araignées sauteuses non-mimétiques.

Ils ont trouvé que les araignées mimétiques utilisaient leurs 8 pattes pour se déplacer, mais qu’à chaque arrêt, elles levaient bien en l’air leurs deux pattes avant en guise d’antennes comme sur la figure 1.a ci-dessous.

Fig.1. Analyse de la démarche
a) Images de M. formicaria, femelle (à gauche) et mâle (au centre) montrant la posture avec les pattes avant soulevées pour simuler des antennes de fourmi. La vue de face de droite met en outre en évidence les deux gros yeux antérieurs caractéristiques des araignées sauteuses.
b) Les extrémités des pattes ont été suivies lors de multiples pas à partir de vidéos de caméras rapides. On a superposé sur la silhouette de l’animal ces mouvements des pattes correspondant à un trajet donné.
On remarque que les tracés de l’araignée sauteuse mimétique ressemblent beaucoup à ceux d’une fourmi, à la différence de ceux de l’araignée sauteuse non mimétique.
Adapté de Walking like an ant: a quantitative and experimental approach to understanding locomotor mimicry in the jumping spider Myrmarachne formicaria
Paul S. Shamble, Ron R. Hoy, Itai Cohen and Tsevi Beatus
Proceedings of Royal Society B, 284: 20170308. C. C.4.

L’observation de leur démarche a permis de voir que celle-ci était proche de celle de la fourmi (Fig.1. b). En outre la trajectoire des déplacements de M. formicaria est ondulée comme celle des fourmis. Mais il était fort intéressant de mesurer l’effet du mimétisme sur les prédateurs.

Les prédateurs face aux araignées mimétiques et aux autres

On présente à de grosses araignées sauteuses prédatrices des animations vidéo de fourmis, d’araignées sauteuses mimétiques et non mimétiques pour savoir si le mimétisme avec les fourmis réduit effectivement la prédation.

Dans la vidéo suivante, on peut voir la méthode utilisée où l’écran est une tablette.

Tiré de Walking like an ant: a quantitative and experimental approach to understanding locomotor mimicry in the jumping spider Myrmarachne formicaria, Paul S. Shamble, Ron R. Hoy, Itai Cohen and Tsevi Beatus, Proceedings of Royal Society B, 284: 20170308. C. C.4.

Avec ce type d’expériences, on a pu quantifier les résultats et  mesurer les probabilités d’attaque par un prédateur selon l’espèce (Fig.2).

Fig.2.Résultats des expériences comportementales
a) Photos des trois types de cible utilisée.
b) Probabilités d’observer une attaque de prédateur selon le type de cible. On voit que les prédateurs ont attaqué les cibles non mimétiques bien plus que celles des autres types. Il n’ya que peu de différence dans les probabilités d’attaque entre les cibles fourmis réelles et celles d’araignées mimétiques imitant les fourmis.
Adapté de Walking like an ant: a quantitative and experimental approach to understanding locomotor mimicry in the jumping spider Myrmarachne formicaria
Paul S. Shamble, Ron R. Hoy, Itai Cohen and Tsevi Beatus
Proceedings of Royal Society B, 284: 20170308. C. C.4.

 

De telles expériences montrent quantitativement l’efficacité du mimétisme de Bates dont elles confirment l’hypothèse. Elles font ressortir l’importance du comportement dynamique dans le mimétisme.

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus :

 

Walking like an ant: a quantitative and experimental approach to understanding locomotor mimicry in the jumping spider Myrmarachne formicaria

Paul S. Shamble, Ron R. Hoy, Itai Cohen and Tsevi Beatus

Proceedings of Royal Society B, 284: 20170308

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page